TOUT EST D'ABORD QUESTION DE RESPECT ET DE CONSIDÉRATION!

Demain, une journée mondiale de la femme et pour la femme. Une autre sur le chemin semé d’embûches qu’emprunte la femme depuis l’instant où elle poussa son premier cri. 

 

Une journée dédiée à la matrice de l’humanité, le socle de la vie, celle qui donne vie, nourrit, entretient, éduque, sans tambour ni trompette. Mais qui doit, pourtant, toujours se justifier, justifier ses choix de vie pour se dédouaner, éternellement.

 

On a tendance à en faire une journée de bilans parfois tronqués qui ne changent pas toujours  grand-chose au fil des années. Les mêmes plaintes et complaintes reviennent épisodiquement, comme un marronnier, oubliant toutes les prouesses que la femme accomplie et le chemin qu’elle parcourt chaque jour pour sourire alors que son coeur saigne, pour se lever et vaquer à ses occupations alors que son corps croule sous le poids de la douleur. Honneur à ces femmes qui du Cap à Rabat, de Dakar à Mogadiscio, en passant par la France les États-Unis, la Palestine, les camps de’internement en Chine, la jungle birmane, le bourbier irakien, syrien, palestinien, et plus récemment ukrainien raccommodent des vies brisées par l’égoïsme de l’homme.

 

Ce qui fascine par-dessus tout, c’est cette capacité de résilience que partagent toutes ces femmes. Des initiatives naissent, des projets se concrétisent au cœur de l’horreur et parfois de l’innommable. 

 

N’en déplaisent à certains-es, les femmes font et défont le monde. Qui mieux qu’elles pour mériter d’être célébrés chaque jour, chaque moment, chaque instant?  Mais on peut faire mieux, et arriver à plus si tant est que la femme est respecter et considérée

 

Il faut encore et toujours, pour se passer des révolutions de salons, insister sur la nécessité d’assurer l’éducation des filles et des garçons à l’école comme à la maison, leur montrer, qu’au delà d’une certaine égalité, c’est surtout de respect et considération dont il est fondamentalement question dans le rapport qu’on entretient avec les hommes et avec nous mêmes.  Car il ne s’ agit pas qu’uniquement de cette dualité homme-femme, même si tout ramène à elle.

 

Faire un énième discours, poster des messages de soutien ne suffit plus. Depuis deux siècles déjà, les femmes exigent ouvertement d’être reconnues pour ce qu’elles sont: des personnes à part entière qui demandent d’être respectées naturellement comme le sont  leur conjoint, ami, collègue, frère…. Car c’est bien de respect et de considération dont il est question pour envisager de gagner la guerre d’une égalité qui puisse profiter à tous.

 

Bonne journée de la femme!

 

La Rédaction

About the author

La Rédaction

Leave a Comment