FaFaMag

Accueil EDITO Editorial du Lundi 20 Septembre 2021

Editorial du Lundi 20 Septembre 2021

par La Rédaction

De cette société des dangers et du cloisonnement dont il faut forcément parler

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

« Nous sommes tous en danger! »

Venant d’une femme, la réplique  sonnerait, à s’y méprendre, l’alerte contre cet enlisement de plus en plus meurtrier des femmes dans toutes ces violences basées uniquement sur le genre.

Battue parce que femme, violée parce que femme, vendue, exploitée, tuée parce que  femme, enchaînée dans l’archaïsme parce que, tout simplement, femme. Mais que non! Ou devrait-on dire, pas que!

L’alerte de l’ancienne garde des sceaux français est une claque méritée à toute cette fumisterie qui donne caution à ce marché de l’exclusion et de la haine en recherche permanente d’un bouc émissaire. 

Une vérité que certains rangent dans la case frustration mais qui met au banc des accusés cette France de la haine et des peurs, celle de zemmour, de l’extrême  et de leurs semblables qui, en ces temps de candidatures, dressent les uns contre les autres, attisent la haine, s’en nourrissent, pour espérer vivre ou, devrait-on dire, survivre; espérer, au moins,  arpenter les allées de l’Elysée lorsque les urnes auront données leur verdict.   

L’indignation de Christiane Taubira fait débat. Si certains s’indignent des propos de l’écrivaine, d’autres lui sont solidaires d’autant plus que comme elle le souligne si bien: « L’enjeu ( les élections) est colossal parce que la société a été travaillé ces 20 dernières années par des idéologies d’exclusion, de rejet, par une xénophobie tranquille, une intolérance. » Une vérité difficile à admettre, mais une  vérité tout de même!

Seulement, ces constats partagés ou non,  le glissement de la société française vers les extrêmes ne fait plus l’ombre d’un possible doute tant on joue, en continue, sur les peurs pour légitimer certains et combattre d’autres au nom d’idéologies séparatistes et racistes qui n’ont rien à faire dans une société des libertés et de l’égalité; si tant est que le combat est dirigé encore vers ces deux sphères.

La Une du mensuel Causeur qui alimente, par photomontage, la théorie du remplacement sans que cela ne semble choquer montre le degré d’inconscience de cette masse uniforme de suiveurs manipulée par une petite clique de parvenus  aux discours nauséabondes qui puent la haine et qui la distillent à la moindre occasion. Taubira a encore raison  de le dire sans langue de bois: « des zemmours,  il y en aura d’autres. Des individus qui sont dans un confort matériel et social parce que personne ne conteste leur haine, personne ne les marginalise, ne les stigmatise dans l’incapacité qu’ils ont d’accepter la société ».

Monsieur Zemmour a le droit, certes, d’être « patriote ». Personne ne peut d’ailleurs lui contester son « amour » pour « sa » France, celle où l’Etat devrait avoir une emprise jusque dans les prénoms, mais doit-il le construire, l’alimenter, et l’entretenir par la confusion, les préjugés, la ségrégation, l’intolérance, par tout ce condensé de haine que cette société chercherait à combattre. Non, car on ne bâtit rien de bon ni de solide sur la haine et la destruction de l’autre.  

La différence cultuelle et culturelle est une richesse à préserver. Le vivre ensemble en est, incontestablement, le socle. 

La Rédaction

Related Articles

Laisser un commentaire