FaFaMag

Accueil FAFAMAG - VOL 3 SANTé: Démystifier la procréation médicalement assistée avant d’entamer le processus.

SANTé: Démystifier la procréation médicalement assistée avant d’entamer le processus.

par La Rédaction

Procréer est un but dans les couples,  surtout africains. Mais lorsque la nature tarde à faire ses oeuvres, des méthodes révolutionnaires redonnent espoirs. Tour d’horizon de la procréation médicalement assistée.

Mon enfant, par tous les moyens possible!

Dans la culture africaine, la maternité est souvent l’expression ultime de l’accomplissement de la femme. Cette perception sur la maternité est source d’angoisse et de conflit pour beaucoup de couples qui n’arrivent pas à concevoir, naturellement. On ne peut lister le nombre de publications anonymes de femmes sur les réseaux sociaux qui crient leur détresse liée à la difficulté de tomber enceinte après quelques mois de vie conjugale. Il convient donc de rappeler qu’on ne peut parler de difficultés à avoir un enfant en l’absence d’essaies réguliers pendant un an minimum. Pour celles qui n’ont pas réussi, malgré des tentatives multiples sur deux années de vie commune, il y a la procréation médicalement assistée (PMA) qui désigne l’ensemble des procédés qui visent à aider le couple à concevoir un bébé.

researchers lab work

Les principales méthodes possibles.

Plusieurs méthodes peuvent être utilisées pour aider les couples à fonder une famille. D’abord, il y a les moyens qui permettent de maintenir la filiation des 2 parents. Dans ce cas, le patrimoine génétique des deux parents est gardé. Ainsi, chez la femme elle peut recourir à un traitement à base de médicaments qui induit une stimulation ovarienne. Ensuite, on peut avoir recours à une insémination de sperme intra-utérine ou une fécondation in vitro qui consiste en un transfert d’embryon intra-utérin. Ces méthodes peuvent être combinées avec la stimulation ovarienne pour augmenter les chances de concevoir. Si l’opportunité d’avoir un enfant par les moyens pré-cités n’est pas possible, on peut recourir à un don de sperme ou d’ovocytes. Il est important de se renseigner dans son pays d’accueil sur ce qui existe, avant d’entamer le processus.

Chez l’homme, on peut avoir recours à une prise en charge de la condition endocrinienne, une microchirurgie testiculaire pour une récupération des spermatozoïdes. Des échographies prostatiques et testiculaires seront,  certainement, nécessaires pour connaître l’origine de l’infertilité

Ce qu’il faut prendre en compte avant d’entamer les démarches.

Évidemment, avant de débuter tout processus de procréation médicalement assisté, il convient de savoir l’origine de l’infertilité. Est-ce une infertilité masculine ou féminine? Vous devez choisir un médecin compétent et dévoué. Il est primordial d’avoir confiance en lui car la démarche peut être longue et mentalement pénible. Il faut avoir une bonne santé physique et une excellente résilience psychologique. Aussi, doit-on déterminer, si l’on veut réellement cet enfant ou est-ce seulement un désir pour répondre aux attentes de la société.

En tant que femmes africaines, nous connaissons bien le poids du regard de nos sociétés sur les femmes mariées sans enfant. Ainsi votre médecin, fera une évaluation de votre santé physique et mentale, de vos habitudes de vie qui pourraient être néfastes au développement d’un fœtus. Il se doit aussi d’évaluer la probabilité d’exposition à des produits toxiques au travail et vous suggérer des modifications appropriées.  Si vous prenez des médicaments sur une base régulière, il se doit d’évaluer leurs effets sur la grossesse et les substituer au besoin.

Ces professionnels de la santé qui seront vos allié

En dehors de votre médecin, vous devriez voir un interniste et un spécialiste des grossesses à risque si vous êtes une femme de plus de 46 ans ou que souffrez d’une maladie chronique, pour entamer la démarche de manière sécuritaire.  Le Collège des Médecins du Québec recommande une évaluation par une nutritionniste pour les familles voulant entamer la procédure de PMA car l’obésité, tout comme la malnutrition peuvent être à l’origine d’une infertilité chez la femme.

Cette évaluation pourra aussi vous donner des recommandations par rapport à vos besoins nutritionnels mais aussi ceux du fœtus. Si vous habitez dans un pays où l’État prend en charge le côté financier de la PMA, il se peut que votre dossier passe devant un comité d’éthique de votre hôpital ou centre de conception. Dans ce cas, une évaluation psychosociale pourrait être faite et un travailleur social pourrait venir évaluer le cadre de vie et le bien être potentiel de l’enfant à naître.  Vos habitudes de vie seront mises sous la loupe et votre intimité certainement étudiée. On recommande aussi une auto-évaluation psychologique, à défaut de voir un psychothérapeute.

Vitro Fertilization. IVF and Human fetus with DNA strand. 3d illustration

Ce petit monstre ou cette petite princesse en valait la peine!

Comme mentionné ci-haut, une fois qu’on a déterminé la raison pour laquelle on veut vraiment cet enfant, la démarche en vaut la peine. Elle peut être longue et pleine de déceptions. Parfois les espoirs de pouvoir enfin enfanter se traduisent par des fausses-couches et des échecs,  psychologiquement, ébranlant. Mais au bout du tunnel, le bonheur d’avoir son enfant dans ses bras vaut tous ces sacrifices. Assurez-vous d’avoir un bon moral avant de débuter et de le garder tout au long. Gardez en tête que le stress est néfaste à la conception. Soyez certaine de vouloir cet enfant pour les bonnes raisons car un enfant n’est pas un moyen de sauver un couple ni celui de faire en sorte que votre belle-famille vous aime plus. Pour finir sur une note d’espoir, dites-vous bien que la PMA augmente les chances de grossesse multiples!

MAME-DIARRA KÉBÉ Infirmière Clinicienne.

Related Articles

Laisser un commentaire