FaFaMag

CONSEIL DU MOIS: Femmes victimes de violences conjugale

Ne restez pas coincées!

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Un mari jaloux qui vous contrôle sans arrêt,  des caresses appuyées alors que vous n’en avez pas envie, des remarques déplacées et obscènes à votre encontre dans la rue ou des propos sexistes et rabaissant sur votre lieu de travail: voici une liste non exhaustive des différentes formes de violences auxquelles sont confrontées les femmes tous les jours. Pour faire simple, elles sont respectivement définies ainsi:

        Violences au sein du couple

        Violences sexuelles

        Harcèlements

        Outrages sexistes

 

Pour chiffrer ces violences, on estime à 213 000 le nombre de femmes victimes de sévices physiques ou sexuelles de la part de leur conjoint et à 94 000 les victimes de viol, en France. Face à de telles situations, la femme a souvent pour habitude de se sentir coupable allant même jusqu’à taire sa souffrance. Pourtant, la logique voudrait que celle-ci ne reste pas passive et qu’elle prenne son courage à deux mains pour dénoncer son ou  ses agresseurs.

 

Dénoncer son bourreau

Contrairement aux idées reçues, les violences sexistes et sexuelles sont interdites et punies par la loi. En France par exemple, il existe un site internet (https://arretonslesviolences.gouv.fr/) entièrement dédié aux violences faites aux femmes. Vous y trouverez des numéros spéciaux tels que le 17 pour police secours et le 3919 pour obtenir des informations sur la meilleure marche à suivre. On trouve même la démarche pour signaler une violence en ligne et trouver une association. Pour aller plus loin, on vous explique même comment effacer vos traces sur votre navigateur si jamais vous faites des recherches en ce sens. Avec l’avènement du digital, il existe également des outils de signalement numérique tels que les applications (APP-ELLES, Street Alert-Sauver, Garde ton corps…) et les plateformes interactives.

 

Faire appel aux services et personnes compétentes

A travers le monde, on voit de plus en plus différents corps de métiers se rassembler en association d’aide aux victimes pour venir en aide aux femmes qui vivent ce genre de situation. Si c’est votre cas, vous pourrez toujours avoir recours aux avocats, médecins, magistrats… Pour la plupart, des permanences sont même organisées à des jours et heures fixes. Le site du ministère de la justice est une mine d’or pour vous, en fouillant un peu vous pourrez trouver des informations et recevoir de l’aide gratuitement selon votre zone de résidence. (http://www.annuaires.justice.gouv.fr/annuaires-12162/annuaire-des-associations-daide-aux-victimes-21769.html).

 

Reprendre sa vie en main

Alors mesdames, mettez votre peur de côté. Pour les femmes victimes de violences de la part de leur conjoint, pensez à vos enfants et dites non à toute forme de violences qui vous seraient adressées. Dans la plupart de nos pays d’accueil, la sécurité sociale existe et est là pour vous épauler et vous aider à reprendre votre vie en main. Contactez-les avant toute chose! Enfin, ci-après vous trouverez quelques liens qui vous permettront notamment de télécharger entièrement le kit de communication en cas de danger et un espace d’aide aux victimes.

https://arretonslesviolences.gouv.fr/focus/le-25-novembre-prenons-25-secondes-pour-rappeler-les-outils-qui-sauvent

https://www.france-victimes.fr/

 

Marième NDJIM